POINT DE VUE. Le manque d’une “sagesse tragique”